Nos territoires sont tous tellement riches et variés qu’il est difficile de décider où poser ses valises. Alors, entre campagnes d’affichage dans le métro ou de marketing digital sur les réseaux sociaux, les territoires rivalisent pour attirer les touristes chez eux. Résultat ? Les futurs voyageurs ne savent plus où donner de la tête.
C’est parfois dans les plus vieux pots qu’on fait les meilleures soupes. Pour chuchoter à l’oreille des clientèles indécises, raconter une histoire peut s’avérer être un allié de taille. Pour vous le prouver, pas besoin de partir en cavale aux quatre coins de l’hexagone pour dénicher des petites histoires croustillantes, nos storytellers l’ont fait pour vous. Voici 5 anecdotes sur les territoires de la “France, mère des arts, des armes et des lois”, comme dirait Du Bellay. 

a

Une fontaine qui en a vu de toutes les couleurs

Située sur la place des Quinconces à Bordeaux, la fontaine des Girondins est un des lieux touristiques incontournables de la ville. Or, elle aurait bien pu disparaître à tout jamais. En 1942, au coeur de la Seconde Guerre mondiale, les statues de la fontaine sont démontées et vendues aux nazis. Pourquoi vouloir les récupérer ? Certainement pas pour célébrer la liberté et la République française. Non, leur projet était de faire fondre les 52 tonnes de bronze contenu dans les statues pour les transformer en canons. Heureusement le projet ne sera jamais réalisé. Cependant, à la fin de la guerre, les statues restent introuvables. Les 34 personnages et animaux sont finalement retrouvés intacts à 400 km de Bordeaux dans la ville d’Angers. Rapatriées à Bordeaux, les statues sont longtemps délaissées aux pieds du pont d’Aquitaine.

Impatient_anecdotes France

40 ans plus tard, grâce à l’acharnement de passionnés, elles sont rénovées et retrouvent enfin leur emplacement initial. Mieux vaut tard que jamais !

a

La patte de l’expert

L’un des plus célèbres fromages du département du Doubs est le Mont d’Or. Pour obtenir ce goût boisé reconnaissable entre mille, l’artisan fromager peut compter sur… les sangliers ! Pas d’inquiétude, ces sangliers là n’ont ni groins ni défenses. Il s’agit des artisans chargés de collecter les « sangles ». Les sangles, ce sont de fines lanières prélevées sur les troncs d’épicéa. Or, malgré les apparences, pas facile de les dégager des écorces de l’arbre. Retirer des sangles demande un grand savoir-faire et de la patience. 
Une fois collectées, les artisans laissent les fines lanières sécher pendant plusieurs semaines. Les sangles sont ensuite enroulées autour du fromage pendant une vingtaine de jours.

anecdotes France

Morale de l’histoire : pas de sanglier pas de sangles, pas de sangles pas de Mont d’Or, pas de Mont d’Or… pas de Mont d’Or ! (Découvrez les centaines d’autres secrets de la région Bourgogne-Franche-Comté

a

Mon plat pays en Normandie

11 octobre 1914. Cela fait deux mois que la Première Guerre mondiale a éclaté et en Belgique c’est la pagaille ! Les troupes allemandes ont envahi le pays. Pour le gouvernement belge, il n’y a qu’une seule solution : l’exil. Dans la panique, on embarque dans un bateau, direction Le Havre. Là-bas, les Belges sont accueillis par le ministre de la Marine et les autorités locales. Comme il n’y a pas assez de place pour eux dans la ville, on leur alloue de nombreux bâtiments à Sainte-Adresse, la ville voisine. Parfait, si les Allemands débarquent direction l’Angleterre juste en face.

a

Le plat pays, Jacques Brel

A

Les hommes d’Etat belges s’installent dans les plus beaux bâtiments de la ville. De là, ils continuent de gérer leur pays occupé et préparent la libération. Ils organisent aussi la vie quotidienne sur place. Santé, éducation, poste, tout est pensé pour permettre aux milliers de Belges de vivre quasi normalement. Le 11 novembre 1918, les Allemands signent l’Armistice et les Belges remballent tout.  Si la majorité de leurs résidences ont été détruites, il reste à Sainte-Adresse une boîte aux lettres rouge, identique à celles que l’on trouve encore en Belgique.  

a

Un pont révolutionnaire

Paris en 1789. Quelques jours après la prise de la Bastille, des centaines d’ouvriers enlèvent les pierres de l’ancienne forteresse. C’est l’entrepreneur Palloy qui dirige l’opération. Son but ? Revendre au plus offrant cette réserve de somptueuses pierres de taille. Cela tombe bien : faute de moyens, de nombreux  projets d’urbanisme étaient en pause. Parmi eux, le pont de la Concorde. Perronet, l’architecte en charge du projet est donc ravi de pouvoir se procurer des pierres au meilleur prix et de reprendre le chantier. Il les utilise pour paver le pont. Ce dernier est inauguré deux ans plus tard en 1791. Le symbole est fort : d’une rive à l’autre de la Seine, les Parisiens piétinent l’ancienne prison royale !   

Anecdotes France_Paris

a

Un message gravé dans la pierre

1881, vallée des Merveilles, dans le parc du Mercantour. Avide d’étendre ses connaissances sur les plantes, le botaniste Clarence Bicknell décide de poursuivre ses études avec la flore du sud de la France. Quatre ans plus tard, il s’installe durablement dans la région, et pas seulement pour sa végétation… Que s’est-il passé ? À force de s’intéresser à la vallée, le scientifique a pris connaissance de gravures préhistoriques qui recouvrent les rochers du mont Bégo. Des bêtes à cornes, des poignards, la figure d’un sorcier… Quelle découverte !

préhistoire_anecdotes_France

La montagne aurait-elle été un lieu sacré ? On ne le saura peut-être jamais. Mais ce qui est sûr c’est que Clarence Bicknell, totalement absorbé par ses recherches, n’arrive plus à s’arrêter et poursuit ses découvertes jusqu’à sa mort. Après lui, d’autres chercheurs se sont intéressés au site et on dénombre aujourd’hui plus de 40 000 gravures. (Découvrez les autres secrets de la région Provence Alpes Côte d’Azur). 


Artips Factory vous accompagne pour valoriser et promouvoir les merveilles de votre territoire. Lancez-vous !