« 12 décembre 2017. L’accord de Paris sur le climat fête ses deux ans tout rond. Hélas, l’espoir suscité par cet événement historique a de nouveau laissé place à l’inquiétude… Pourquoi ? Parce que, depuis, Donald Trump a annoncé que les États-Unis ne respecteraient pas leurs engagements. Pourtant, interdiction de baisser les bras : il faut réagir !
Ce 12 décembre, les chefs d’État, les responsables de grandes entreprises et d’institutions financières se réunissent. Ils s’accordent sur un grand plan pour secourir notre planète malade. C’est le One Planet Summit. Premier signal fort, la Banque mondiale annonce arrêter le financement du gaz de schiste et du pétrole. C’est un coup de tonnerre pour les producteurs d’énergies fossiles ! La même année, la loi française oblige les grandes entreprises à se poser les bonnes questions. »

a

Et voilà ! 

Avec ce récit, vous commencez à expliquer les accords sur le climat, la loi sur le devoir de vigilance et les risques ESG. Plus simple que le résumé d’une norme en 76 pages constituée à 50% de tableaux Excel… Les chiffres ne sont pourtant pas incompatibles avec le récit, mais tout seuls, ils ne parlent à personne. Prenez par exemple le discours du 12 septembre 1962 de J.F. Kennedy. Le président américain annonce publiquement que les États-Unis enverront un homme sur la Lune. Pendant ses 18 minutes de discours, il ne parle d’aucun chiffre. Il n’évoque ni les 394 400 km qui séparent la Terre de son satellite, ni l’angle azimut de vol de 72,058° nécessaire au décollage de la fusée.

astronautes

Non, ici Kennedy ne décrit pas la conquête spatiale, il la raconte. Et ça fait toute la différence ! Son discours est devenu mythique et a suscité l’excitation chez des millions de citoyens dans le monde entier.
Votre politique RSE c’est un peu votre conquête spatiale : vous participez à un changement d’ordre mondial ! Comme une banque le ferait pour raconter la culture bancaire, ce qu’il vous faut pour la RSE, c’est une histoire.

a

Tous dans le même bateau

Qu’on ne se voile pas la face : en entreprise personne à part les investisseurs et les agences de notation, ne lit les rapports RSE. Pas étonnant que beaucoup de collaborateurs considèrent encore la RSE comme une forme évoluée de communication. Pourtant 70% d’entre eux se disent prêts à s’engager davantage dans les démarches éco et socio-responsables de leur entreprise. Une occasion en plus pour fédérer autour d’une bonne histoire ! 

Parler des enjeux soulevés par la RSE peut être complexe, mais cela ne signifie pas que vous devez le faire sur un ton grave et trop sérieux. Au contraire, adopter un ton léger et ludique c’est rendre le message beaucoup plus percutant et accessible à tous ! En donnant les clés de compréhension à vos collaborateurs, vous les impliquez directement dans la transition menée par l’entreprise. Vous leur prouvez que la RSE n’est pas simplement la cerise sur le gâteau, mais une réelle raison d’être. Quoi de mieux que la planète et la diversité pour fédérer ses équipes ? En plus, ouvrir le dialogue c’est assurer un coup de boost à son attractivité ! Alors qu’attendez-vous pour raconter l’histoire de votre RSE ?

Artips Factory et BNP Paribas se sont associés pour valoriser et partager avec les collaborateurs du groupe les différentes initiatives et actions RSE entreprises par la banque.