L’agroalimentaire est le premier secteur industriel de France,  de quoi être fier de travailler dans un secteur aussi essentiel à notre économie. Pourtant, expliquer l’agroalimentaire au grand public peut parfois s’avérer très compliqué. Alors pour le faire quoi de mieux qu’une bonne histoire ? Ça tombe bien ! L’agroalimentaire recèle d’histoires passionnantes. Si, si, et pour vous le prouver on vous a dégoté 5 anecdotes croustillantes à savourer sans attendre (si vous avez encore faim, on les sert à volonté) :  

a

Pas si Belge que ça 

– 7 000 avant J.-C., en Mésopotamie. Des agriculteurs se rendent compte qu’un drôle de liquide doré se dégage des tas de blé qu’ils ont laissés à l’air libre. La bière est née ! Ils décident de l’appeler “sikaru”, ce qui signifie “pain liquide”. C’est dire à quel point elle devient essentielle à leur alimentation !

Des milliers d’années plus tard en ancienne Égypte, la bière devient une boisson sacrée. C’est le Dieu Osiris qui aurait oublié au soleil une décoction d’orge mélangée à de l’eau du Nil. Ce sont donc les prêtresses qui sont chargées de servir la boisson.
Plus tard, les Romains délaissent la bière pour le vin. Mais les Gaulois eux, la considèrent comme une véritable potion magique par Toutatis ! 

a

Ça ne mange pas de pain

Au Moyen Âge en France, les boulangers ont la vie dure. Leur profession est très encadrée. Ils doivent respecter pas moins de 61 articles de réglementation ! C’est que le pain est l’aliment principal des foyers français. Il doit donc être parfait, c’est-à-dire ni trop petit, ni trop gros, ni brûlé ni infesté de souris…

Les boulangers se font donc souvent contrôler. En cas de mauvaise surprise, les sanctions vont de la confiscation de la marchandise à la mise au pilori !

a

Elle en a gros sur la patate

Une patate douce ne parle pas. Ou du moins elle n’a pas de bouche. Mais son ADN lui, est très bavard ! En 2013 après une investigation riche en émotions, les scientifiques arrivent enfin à faire parler le légume. Leur but, découvrir ses origines. Les scientifiques ne sont pas au bout de leurs surprises : le légume viendrait d’Amérique du Sud. Pourtant ils viennent de la trouver en Polynésie. Le vent n’est pas assez fort pour envoyer des graines si loin.

Alors les scientifiques se penchent sur le nom que les Polynésiens donnent au légume, “Kumara”. Euréka ! Il correspond à celui donné par les Incas du Pérou. Pas de doutes, les Polynésiens et les Incas d’Amérique du Sud échangeaient des marchandises entre eux. Cette découverte scientifique fait des deux peuples de véritables pionniers du commerce maritime. 

a

“Il fait au moins – 8000”

En 1929, le biologiste et homme d’affaires américain Clarence Birdseye met au point la congélation. 30 ans plus tard, ça cartonne. Mais savez-vous d’où vient son inspiration ? Il faut remonter en 1923, très très au Nord des États-Unis, là où les températures peuvent atteindre les -40°C. Là-bas vivent les Inuits, et eux le froid, ils ne le craignent pas. Loin de là, ils l’ont même dompté !

Au retour de chaque pêche, ils exposent leurs poissons au vent glacé. Résultat, ils se conservent pendant de longues semaines.
Aujourd’hui les surgelés ont le vent en poupe : nous en consommons en moyenne 36 kg par an.

a

C’est bon, ça croustille  

En 2050, il y aura 9 milliards de bouches à nourrir sur Terre. D’ici là, la production animale devrait doubler. Pas très écolo quand on sait que l’élevage est déjà responsable de 18 % des émissions de gaz à effet de serre…
Pas le choix, nous devons diminuer notre consommation de viande ! Pourquoi ne pas se tourner vers… les insectes ! Pas chers à élever, riches en protéines et respectueux de l’environnement : que demander de plus ? Il faut 8 kg de végétaux pour produire 1kg de viande bovine alors qu’il en faut moins de 2 kg pour produire 1kg d’insectes.

Des fermes d’élevage d’insectes comestibles commencent à voir le jour en France et un peu partout dans le monde. Des restaurateurs se mettent même à proposer des plats à base d’insectes ! Vous reprendrez bien une part de pizza aux grillons déshydratés ?  


Ces anecdotes vous ont plu ? Ça tombe bien, chez Artips raconter des histoires ça nous connaît ! Une formule secrète : format court + storytelling. Vous obtenez ainsi des contenus décalés et mémorables qui donnent plus qu’envie d’apprendre !  Vous reprendrez bien une petite histoire ?