Sachant que nous passons en moyenne 1h30 par semaine à faire des courses, il y a de quoi être fier de travailler dans un secteur aussi essentiel que la grande distribution. Mais imaginiez-vous que ce secteur recelait d’histoires incroyables dignes des meilleures séries ? Pour en convaincre vos proches et vos clients, nos storytellers ont dégoté 5 anecdotes croustillantes à consommer sans modération (et croyez-moi y en a encore plein les rayons !)

a
Chapeau bas ! 

Paris, 9 septembre 1869 : Aristide Boucicaut et sa femme posent la première pierre du nouveau Bon Marché. D’abord assistant d’un marchand ambulant de chapeaux, puis vendeur en magasin à Paris, Aristide a des idées à revendre ! Il trouve que les boutiques parisiennes ne mettent pas assez en valeur leurs produits.

Alors, Aristide s’associe avec les propriétaires du magasin Au Bon Marché.  Ensemble ils décident de réduire les marges pour faire baisser le prix des produits en boutique. Et c’est un succès. En 11 ans, le chiffre d’affaires passe de 450.000 francs à 7 millions ! 

a

C’est du gâteau ! 

Décembre 1949. Édouard Leclerc ouvre une petite épicerie libre-service à Landerneau en Bretagne. Il y propose des biscuits à un prix 30% moins cher que celui proposé par les autres commerçants de la ville. Le jeune Breton souhaite dénoncer les prix de vente trop élevés des biens de consommation. Il est convaincu qu’une réforme de la société doit commencer par une refonte des circuits commerciaux.

supermarché de grande distribution

Ce qu’il veut, c’est proposer des produits moins chers au consommateur final en supprimant les intermédiaires qui s’en mettent plein les poches. Et ça marche ! Les biscuits se vendent comme des petits pains. Grâce à ce succès, Édouard Leclerc peut proposer à ses clients une gamme de produits de plus en plus large. Très vite, pour répondre à une demande grandissante, les enseignes Leclerc se multiplient dans la région… puis dans toute la France !

a

Ça marche comme sur des roulettes 

1928. Raymond Joseph – alors fabricant de mangeoires pour poussins – rentre de son voyage aux États-Unis. Une chose l’a particulièrement impressionné : les chariots des supermarchés américains. C’est décidé, sous la marque « Caddie », il va dessiner son propre modèle ! Pas facile, quand on sait que le chariot doit être très maniable et en même temps prendre peu de place.

caddie grande distribution

Avec le boom de la grande distribution dans les années 60, le succès est fulgurant. « Caddie » devient la marque de chariot par excellence dans plus de 75 pays. Aujourd’hui, il existe 50 sortes de chariots différents ! 

a

Une grande première

C’est l’événement à Sainte-Geneviève-des-Bois, en banlieue parisienne : le tout premier « grand magasin en libre-service » de France vient d’ouvrir ses portes ! Ce premier hypermarché attire, dès le 1er jour, 5 000 clients.

Le succès est tel qu’il y a la queue non seulement aux caisses, mais aussi pour trouver une place de parking : les fondateurs n’avaient alors prévu que 450 places ! Un prêtre fait même le déplacement pour bénir ce magasin. Et la romancière Françoise Sagan en devient la marraine.

a

Parce que je, tu, nous, le valons bien 

New York 1973. Ilon Specht, une jeune rédactrice de l’agence de publicité McCann Erickson, doit trouver le prochain slogan des colorants capillaires de L’Oréal. Cette fois-ci, pas question de représenter une femme se pomponnant pour son mari !

Révoltée et profondément engagée, Ilon Specht rédige le slogan en 5 minutes : “Parce que je le vaux bien”. 47 ans plus tard, ce dernier n’a toujours pas bougé. Seulement aujourd’hui pour s’adapter aux différentes cultures, le traditionnel « je » est parfois remplacé par un « vous » ou par un « nous ».