En 1885, le psychologue allemand Hermann Ebbinghaus, s’est intéressé à la vitesse à laquelle nous oublions les choses. Il a ainsi créé ce qu’il appelle une” courbe de l’oubli”.

Ebbignhaus modélise la mémoire

Selon Ebbinghaus, nous oublions la moitié des nouvelles informations dès le jour suivant leur acquisition. Pas terrible comme retour sur investissement… Surtout lorsque l’on sait que la mémoire est au cœur de tout apprentissage. Heureusement, il est possible d’améliorer notre rétention d’informations en diversifiant les supports ! Eh oui, varier les angles et les méthodes d’apprentissage permet de mieux ancrer les connaissances et de contrer la courbe de l’oubli. Rentrons dans les détails…

 

Mémoire à trois

Le processus de mémorisation n’est pas uniforme… Au contraire ! Non seulement nous n’avons pas tous la même mémoire mais, en plus, notre mémoire est elle-même composée de trois étages.

La mémoire a trois étages. Image : escalier.

Notre mémoire sensorielle est immédiate et ne garde les informations que pendant une petite seconde. Notre mémoire à court terme est un peu plus bosseuse mais ne peut gérer que quelques informations à la fois. Et la petite dernière, notre mémoire à long terme, possède une plus grande capacité de stockage et est sollicitée pendant l’apprentissage. Or, qui dit plusieurs mémoires, dit plusieurs méthodes. Varier les supports, c’est faire en sorte d’engager efficacement les trois étages !

 

Changement de ritournelle  

Combien de fois vous a-t-on rabâché de réviser vos cours ? De revoir votre intervention ? De relire vos notes ? Pas de doute, la répétition est clé dans le processus de mémorisation. C’est par là que les informations s’ancrent dans la mémoire à long terme. Le problème ? Réviser la même chose, de la même façon, plusieurs fois, ce n’est quand même pas très marrant. Pour booster sa mémorisation, il vaut mieux répéter en variant les approches ! De cette façon, l’attention ne décroche pas et le cerveau reste “curieux”. Vous aurez moins l’impression d’apprendre par cœur une information vue et revue et renforcerez l’ancrage mémoriel, sans vous ennuyez !

 

Connaissances & co 

La mémoire fait les liens. Image : synapse.

Si les moyens mnémotechniques, les comparaisons ou les analogies marchent aussi bien dans l’apprentissage, c’est pour une bonne raison. On se souvient bien mieux d’informations associées entre elles que d’informations isolées. Notre cerveau crée des liens entre les synapses, ces passages qui connectent les neurones et permettent le partage de messages. Lorsqu’une connaissance est liée à une autre, un chemin se crée et, à chaque répétition, celui-ci est renforcé.

Or quoi de mieux qu’une variété de supports pour créer ces connections ? En apprenant à travers un texte, un extrait audio, un schéma, un jeu de mot, une anecdote, nous faisons apparaître des associations conceptuelles, émotionnelles, ou sonores. Et nous optimisons notre mémorisation !

 


Artips a créé une nouvelle manière d’apprendre, fondée sur le microlearning et le storytelling, qui favorise le processus de mémorisation.