Les micro-organismes (bactéries, virus, champignons, etc.) sont présents partout sur notre planète : sols, eau, air, peau, intestins… Certains sont essentiels à notre survie, d’autres au contraire sont un danger pour l’être humain.

Fort heureusement, notre organisme possède un système immunitaire capable de lutter contre la plupart d’entre eux. Et quand ce n’est pas le cas… eh bien, c’est l’ingéniosité et l’intelligence de l’Homme qui viennent à la rescousse ! Voyons cela d’un peu plus près, avec 5 scientifiques qui ont permis de sauver bien des vies.

Semmelweis, Pasteur et l’asepsie

Si le nom de Louis Pasteur est bien connu, celui d’Ignace Semmelweis l’est beaucoup moins. Pourtant, c’est grâce à ce médecin autrichien que l’on connait aujourd’hui l’importance… de bien se laver les mains ! Si cette règle d’hygiène peut paraître élémentaire, particulièrement en ce moment, il n’en a pas toujours été ainsi.

En 1847, alors qu’Ignace travaille à la maternité de Vienne, il constate qu’en fonction des services, le taux de mortalité des femmes après l’accouchement varie beaucoup. Celui où l’on meurt le plus est le service du docteur Klein. Il s’avère que chez ce dernier, les accoucheurs sont des étudiants en médecine. Étudiants qui passent directement de la salle d’autopsie… à la salle d’accouchement ! Ignace comprend rapidement que ces derniers doivent transporter sur leurs mains sales des organismes invisibles qui contaminent les femmes.

Eugen Doby, Portrait de Ignace Semmelweis, vers 1850 | Louis Pasteur vers 1881-1882

Semmelweis tente d’imposer le lavage des mains, mais rien n’y fait. Il faudra attendre les travaux de Louis Pasteur pour que soient définies les bases de l’hygiène, ou « asepsie ».

Vous voulez en apprendre davantage sur Ignace Semmelweis ? C’est par ici !

Alexandre Yersin et la peste

Parmi les maladies qui ont profondément marqué l’histoire de l’humanité (tuant plusieurs centaines de millions de personnes), on trouve bien sûr la peste.

Mais qu’est-ce qui provoque cette maladie ? Eh bien, une petite bactérie du nom de Yersinia pestis. Elle est isolée en 1894 par un jeune médecin militaire, Alexandre Yersin, alors qu’une épidémie de peste ravage Hong Kong. La bactérie est transmise à l’homme par… les piqûres de puces, elles-mêmes infectées en piquant les rats !

Grâce à l’identification de la bactérie par Yersin, des traitements vont être développés. D’abord des sérums antipesteux, puis des antibiotiques !

Le docteur Alexandre Yersin en 1893

Mais au fait, saviez-vous que c’est lors d’une épidémie de peste que le célèbre physicien Isaac Newton a découvert que la lumière blanche était en réalité constituée d’une multitude de couleurs ? Pour en savoir plus, c’est juste là

Alexander Fleming et la pénicilline

En parlant d’antibiotiques, voilà une autre découverte majeure. Cette dernière revient au médecin écossais Alexander Fleming, et à une bonne dose… de chance !

Le docteur Alexandre Fleming dans son laboratoire de St Mary’s, Paddington, Londres, Imperial War Museum, Londres

En 1928, alors qu’il revient de vacances, Fleming découvre que ses cultures de bactéries sont contaminées par un petit champignon : Penicillium notatum. Fleming se rend compte qu’à l’endroit où le champignon a poussé, les bactéries ne se sont pas développées… Le médecin vient de découvrir une substance antibactérienne : la pénicilline !

Évidemment, il faudra encore pas mal d’années de recherches pour développer les antibiotiques tels que nous les connaissons aujourd’hui. Les premiers auront cependant permis de soigner certaines maladies considérées jusqu’alors comme incurables, telles que la syphilis !

Pour en savoir plus sur la découverte de Fleming, suivez le guide !

Émile Roux et la diphtérie

Une autre maladie qui a provoqué des épidémies dévastatrices au cours de l’histoire est la diphtérie. Cette infection très contagieuse est causée par une bactérie qui produit une toxine mortelle.

La bactérie est découverte et isolée en 1883 par Theodor Klebs et Friedrich Löffler. Mais ce n’est qu’en 1891 qu’un médecin français, Émile Roux, va développer un sérum antidiphtérique. Sérum bien utile puisqu’il permit de sauver les habitants de la ville de Nome en Alaska, en 1925. Isolé par une tempête de neige, le sérum fut amené en traîneaux à l’aide de 20 mushers et de plus de 150 chiens. Une véritable course contre la montre que l’on vous propose de revivre juste ici.

Le traîneau de Leonhard Seppala, relayeur lors de la course au sérum, 1925, photographie, photo : Courtesy Robert Fortuine papers, Archives and Special Collections, Consortium Library, University of Alaska Anchorage

Aujourd’hui, la diphtérie a presque complètement disparu grâce au vaccin rendu obligatoire en 1938.

Des découvertes ou innovations scientifiques incroyables, cela ne manque pas… Sciencetips s’est d’ailleurs fait un devoir de les diffuser activement via ses newsletters gratuites ! De même que ses petites sœurs Artips, Musiktips, et Économitips.


Enfin, vous le savez peut-être, Artips a créé Mes Antisèches, une plateforme de culture générale en ligne à destination des entreprises et des écoles. Pendant cette période compliquée, il nous tient à cœur de continuer à nourrir votre curiosité, même depuis votre canapé ! C’est pourquoi nous avons exceptionnellement décidé de vous proposer d’y accéder gratuitement, le temps du confinement.

Vous avez des enfants ou des petits-enfants qui ont soif d’apprendre ? Vous êtes professeur·e ou étudiant·e ? Suivant votre niveau scolaire, nous vous ouvrirons des accès aux parcours les plus adaptés.

Vous êtes salarié·e du privé ou du public ? Nous pouvons personnaliser cette plateforme aux couleurs de votre entreprise. Gratuitement, et pour autant de salariés que nécessaire.