Savoir ce qu’est le storytelling, c’est bien. Savoir l’utiliser correctement, c’est quand même mieux. La mise en récit est un véritable savoir-faire et il existe quelques principes à suivre. Parce si une bonne histoire peut faire des miracles, une mauvaise histoire peut faire des ravages. 

Image : levier du stortyelling

 

Sachez utiliser les codes narratifs 

La construction d’une histoire suit un certain nombre de codes et de structures narratives. Pour devenir conteur, il suffit de savoir les utiliser. L’idée générale ? Partir d’une situation initiale, rencontrer un élément perturbateur et apporter une résolution. Avec cette structure en trois temps, vous entrez dans les secrets de la fabrication des récits. Il ne vous reste plus qu’à choisir une intrigue captivante… Et vous avez l’embarras du choix ! Terrassez le dragon en triomphant d’un formidable défi. Lancez-vous dans une quête en partant à la recherche de ce qu’il y a de plus précieux à vos yeux. Soyez le vilain petit canard en surmontant les obstacles, de désespoir à succès. Racontez la banque à la sauce film d’horreur. Bref, choisissez un arc narratif puissant autour duquel construire votre message. 

 

Choisissez bien votre héros 

Toute histoire a besoin d’un ou de plusieurs héros. Après tout, quelle valeur possède les actions que vous partagez si celles-ci ne sont portées par personne ? Votre message doit être incarné et concrétisé dans des trajectoires et des décisions individuelles. Mais attention à bien les choisir ! Votre héros doit renvoyer à quelque chose de plus grand, à un thème universel, une vérité partagée. Un pianiste virtuose renverra au succès, à la créativité, à la discipline. Un orphelin évoquera l’image de l’abandon, de la solitude, de la lutte. Un leader d’entreprise incarnera le courage, l’ascension et l’autorité. L’expérience de votre héros doit faire écho à celle de votre auditoire : vous parlez d’eux en parlant de lui. 

 

Image : la puissance du storytelling

 

Ne faites pas du storytelling pour faire du storytelling 

Ayez quelque chose à dire ! Rien ne sert de construire une histoire autour d’un sujet vide, simplement pour utiliser une technique de communication à la mode.  Les bénéfices du storytelling n’ont de sens qu’en réponse à votre objectif, à votre vision et à vos enjeux. Autrement, vous risquez de partager un message qui n’a aucune valeur et qui ne sera ni entendu ni intégré. 

 

Utilisez l’émotion… à bon escient !

L’émotion est au cœur de la mise en récit. C’est elle qui capte l’attention, qui la retient et qui provoque l’engagement. Le mot-clé ? Le storyfeeling ! Mais il s’agit de faire appel aux émotions pour mobiliser et non pour manipuler. Si le storytelling a souvent mauvaise presse, c’est qu’il est perçu comme une technique de mensonge voire même de propagande. Cette image est d’autant plus présente dans un contexte de défiance et d’explosion des fake news. Résultat ? Il est essentiel d’aligner votre histoire sur la réalité et de comprendre la puissance du storytelling. Ce dernier doit être un outil de transmission des savoirs et non de falsification du réel. Après tout, à grand pouvoir, grande responsabilité. 


Le storytelling vous intéresse ? Jetez-un œil à nos livres blancs sur le sujet !