“Aucune philosophie, aucune analyse, aucun aphorisme, aussi profonds qu’ils soient, ne peuvent se comparer en intensité, en plénitude de sens, avec une histoire bien racontée”

Hannah Arendt

Les histoires d’entreprises sont les super-héroïnes de la construction d’un vivre ensemble. Mais comment bien raconter son histoire ? Comment la transformer en récit efficace qui fait rayonner l’entreprise et ses collaborateurs ? Après tout, il ne suffit pas d’avoir quelque chose à dire, il faut savoir le dire de la bonne façon. Et, comme tout autre art, le storytelling en entreprise… s’apprend ! Voici quelques pistes à suivre.

 

Une histoire authentique…  

Pour toucher au cœur et fédérer, vous devez avant tout être sincère. La tentation est grande de modifier quelques détails et d’enjoliver la réalité de l’entreprise. De plus beaux chiffres, un succès inventé ici et là. Mais prenez garde au revers du boomerang : un récit mensonger vous fera passer pour un incompétent voire un manipulateur. À l’ère des fake news et d’une crise de confiance générale, l’élément essentiel de votre histoire est sa véracité et sa crédibilité. L’univers de l’entreprise n’est pas tout rose : peignez-en un portrait ressemblant. 

 

… simple

Raconter des années d’histoire en quelques phrases simples, ce n’est pas une mince affaire… Et pourtant, la simplicité de votre récit est de la plus haute importance. Le but n’est pas de noyer vos collaborateurs sous un capharnaüm d’informations mais bien de les embarquer avec vous. La solution ? Communiquer des idées à la fois concises mais pleines de sens. Plus vous simplifierez votre message, plus il aura de chance d’être entendu et intégré. Si vos collaborateurs ont en tête des concepts clairs, ils seront plus à même d’aligner leurs comportements sans avoir besoin d’instructions détaillées. Établissez donc des priorités et résistez à la tentation de tout dire. Posez vous la question : quelle est la substance de mon histoire ? Le message essentiel que je veux transmettre ? Et construisez autour de ça ! 

 

… d’apprentissage 

Une entreprise se construit petit à petit. Doutes, hésitations, tentatives… ce sont aussi les difficultés qui font l’histoire. À la manière d’un roman d’apprentissage, il s’agit alors de raconter les ruptures puis les enseignements que vous en avez tirés. Vos collaborateurs s’identifient à vos erreurs et imaginent la façon dont ils auraient réagi… ou auront à réagir si une situation similaire se répète ! Le futur prend ses racines dans le passé et il est essentiel de construire l’histoire de votre entreprise comme une continuité. Le message à faire passer ? Tout ce que vous avez appris, les succès comme les échecs, vous a mené jusqu’ici et vous mènera plus loin encore. 

… concrète 

Si les fables et les proverbes ont autant de succès, c’est pour une bonne raison : ils expliquent des concepts à l’aide d’exemples concrets. De la même façon, votre histoire doit éviter à tout prix le piège de l’abstraction et s’appuyer sur des idées tangibles. Partagez des détails sur la réunion chaotique de lancement, parlez de votre rencontre mémorable avec un client à la sortie d’un concert, racontez l’idée géniale que vous avez eu en parlant à votre petit cousin… Le concret rend non seulement les concepts plus intelligibles et plus mémorables mais assure aussi que tout le monde les comprennent de la même façon. Dans une entreprise, différents niveaux de compétence et de langage cohabitent. Les spécialistes auront tendance à s’exprimer de façon très technique et les néophytes seront complètement perdus. Rendre votre histoire concrète, c’est créer un langage commun qui parle à tout le monde. 

 

… incarnée  

Toute histoire a besoin d’un ou de quelques héros. Il ne fait aucun doute qu’une entreprise est composée d’équipes qui y ont un rôle essentiel. En revanche, pour être efficace, l’histoire de votre entreprise doit être incarnée et humanisée. Telle personne a eu l’idée de sa création. Celle-ci s’est rendue à la banque pour un prêt. Cette autre a décroché un rendez-vous important. Une action ou une décision possède un auteur et c’est de celui-ci dont il faut parler. L’incarnation de votre histoire dans des trajectoires individuelles vous permet de mieux l’illustrer et de la concrétiser. Ne lésinez donc pas sur les anecdotes des fondateurs ou sur les expériences des chefs d’équipe. 

 

… émouvante 

Parler à notre cerveau rationnel, c’est bien. Parler à l’intelligence émotionnelle, c’est mieux. Si votre histoire d’entreprise n’est que chiffres et énumération de faits, il y a de grandes chances pour que vos collaborateurs décrochent rapidement. Pour que votre histoire soit entendue, intégrée et efficace, il faut que ces derniers se sentent concernés. Et quoi de mieux que les sentiments pour créer de l’engagement ? Nous sommes naturellement programmés pour éprouver des choses et agir en conséquence. Joie, peur, espoir, angoisse… c’est l’utilisation du storyfeeling qui crée de l’intérêt, voire même de la passion, pour vos messages. Saupoudrez votre histoire d’émotion et elle provoquera l’adhésion de ceux qui la reçoivent. 

 

… et fédératrice 

La réalité de l’entreprise est multiple, imprévisible, voire chaotique. On y trouve des différences de métiers, d’objectifs, de compétences et de langage. Votre récit doit rassembler au-delà de la différence. Le succès de l’histoire de votre entreprise repose sur la mise en avant d’éléments fédérateurs dans lesquels chacun se reconnaît. Vous ne parlez plus à des ingénieurs et des agents de maintenance dans une salle de réunion. Vous parlez à une communauté d’une aventure partagée.

 

 

Artips a créé un parcours de microlearning sur mesure pour valoriser les archives de Saint-Gobain et raconter les 350 ans d’histoire de l’entreprise.