Travailler dans le luxe et la mode, particulièrement en France, cela en fait rêver plus d’un. Pourtant, on reproche aussi à ces secteurs une certaine superficialité. On imagine tout de suite les podiums, le champagne et les mannequins perchés sur des talons de 15 centimètres.

Oui mais ce n’est pas tout ! La mode n’est pas seulement une affaire de chiffons, elle a aussi permis de faire la révolution et de libérer les femmes. En voici la preuve avec 5 anecdotes incroyables sorties tout droit de l’Histoire de la mode :

Le pouvoir aux femmes !

Illustration YSL1966. Le couturier Yves Saint Laurent présente sa collection pour femmes. Parmi les silhouettes exubérantes, une détonne tout particulièrement… En noir et blanc, elle est composée d’une petite veste et d’un pantalon orné d’une large ceinture en soie.

Un smoking pour femme ?! C’est pourtant le vêtement masculin par excellence ! Bien que boudée lors du défilé, cette pièce se fait finalement une place dans l’armoire de ces dames.

Elle devient même le best-seller de la boutique de prêt-à-porter de Saint Laurent.

 

C’est culotté

Louis Léopold Boilly, Le chanteur Simon Chenard (1758-1832), en costume de Sans-Culotte, fin du XVIIIe siècle, huile sur bois, Musée Carnavalet, Paris
Louis Léopold Boilly, Le chanteur Simon Chenard (1758-1832), en costume de Sans-Culotte, fin du XVIIIe siècle, huile sur bois, Musée Carnavalet, Paris

1789 : les « sans-culottes » veulent mener la Révolution ! Contestent-ils la monarchie les fesses à l’air ? En réalité, la « culotte » n’est pas un sous-vêtement mais une sorte de pantalon très serré, qui arrive aux genoux.

Et à l’époque elle est est portée par les hommes de toutes couches sociales. Pour bien se différencier, les révolutionnaires décident donc d’abandonner ce vêtement afin de porter… un pantalon, tout simplement.

Leur tenue devient rapidement le symbole de leur révolte. Ou comment exprimer sa rébellion grâce aux vêtements !

 

 

Les dentellières contre attaquent

Illustration dentellieresC’est la panique totale chez les dentellières de Calais, et il y a de quoi. Un nouveau métier à tisser permet de produire de manière industrielle, plus vite et à moindre coût, de la dentelle de Calais. Quand on sait que ces ouvrières spécialisées ne peuvent produire que quelques centimètres de dentelles par jour… Difficile de rivaliser. Mais pas impossible ! Les dentellières se réunissent et revoient ensemble toutes les étapes de confection avant de se les répartir. Résultat, le rendement augmente considérablement. Cerise sur le gâteau ? La « dentelle mécanique » montre vite ses faiblesses et les ouvrières aux doigts agiles sont de nouveau indispensables !

C’est de bonne guerre

En pleine Première Guerre mondiale, alors que le tissu est rationné, Gabrielle Chanel peut être fière d’elle : elle a fait une sacrée affaire. Le hic ? Le stock de tissu – du jersey- qu’elle vient d’acheter à bas prix sert quasi exclusivement à la confection de caleçons.

Illustration chanel

Mais il en faut plus pour arrêter cette intrépide visionnaire. Sous son aiguille le jersey se transforme en vêtements pour femmes, souples et confortables. Du jamais vu jusque-là, mais qu’importe, ses robes-chemises et ses tailleurs en jersey sont un énorme succès, pile dans l’air du temps !

 

Une forme peut en cacher d’autres

Illustration YSLEntre Yves Saint Laurent et Piet Mondrian, c’est le vrai coup de foudre ! En effet, le couturier tombe en pâmoison devant les toiles de l’artiste. Conjuguant ses deux amours, il transforme alors les toiles abstraites du peintre en robes.

Chose inédite, ses créations ont une coupe quasi rectangulaire, telles des toiles. Hommage plus vrai que nature au peintre ? Pas seulement ! Saint Laurent y voit là l’occasion de sortir de la mode « en sablier » à la taille très marquée.

En effet, cette nouvelle forme offre aux femmes une plus grande liberté de mouvement.