5 trucs et astuces pour une sensibilisation efficace

Le sexisme en entreprise ne cesse de remplir les pages des journaux en ce début d’année 2019. Qu’il s’agisse des rédactions de journaux1, des plus grandes agences de pub ou d’autres entreprises dénoncées à travers le mouvement #MeToo, la parole se libère. Parfois victimes, souvent témoins, les collaborateurs et collaboratrices sont toujours démunis face aux petites phrases et agissements sexistes.

Enquête sur la perception du sexisme chez les non cadres – Nov 2016

Si les Ressources Humaines possèdent tout un arsenal juridique et réglementaire pour répondre au harcèlement sexuel ou moral ou aux discriminations, il existe peu de dispositifs pour sensibiliser au quotidien l’ensemble des collaborateurs au sexisme. Ateliers, affiches, formations, discours… quel que soit le format, il y a beaucoup d’écueils à éviter.

Voici 5 trucs et astuces pour une sensibilisation efficace :

  1. Tous les hommes ne sont pas les ennemis, au contraire !


En général, une démarche qui diabolise les hommes a toutes les chances de susciter des réactions violentes, chez les hommes ET les femmes. Bien sûr, certains hommes sont sexistes… Mais ce n’est pas la majorité, et beaucoup veulent plutôt aider. Il faut donc les inclure dans ces dispositifs : leur proposer une formation sur comment agir pour recueillir la parole des victimes ou bien que faire en tant que témoin d’une situation sexiste, par exemple.

  1. Proposer des dispositifs accessibles sans « se taper l’affiche »

Beaucoup de femmes hésitent à témoigner, à assister à des ateliers sur le sexisme ou à solliciter de l’aide, de peur qu’on ne leur colle directement l’étiquette « victime » sur le dos. Pour être sûrs de toucher toutes les femmes que cela pourrait concerner, il faut proposer des dispositifs individuels et idéalement anonymes.

Deux exemples ?

  • Un numéro de téléphone d’aide accessible sans que le salarié ait besoin de donner son identité.
  • Un e-learning disponible en ligne, sans remontée d’informations nominatives aux RH, comme celui réalisé ici.
  1. Parler de la vraie vie et ne pas se noyer dans de grandes théories

Infographie proposée dans le parcours « Sexisme ordinaire » réalisé par Artips pour le réseau SNCF au Féminin

Rien n’est pire que des conseils abstraits et absolus sur ces sujets glissants.

« Ne vous laissez pas faire », « Réponds-lui »  : ce genre de phrases fort sympathiques ne donne aucune piste concrète. Lui répondre ? Bien sûr, mais quoi exactement ?

Il faut donc discuter à partir d’exemples réels, si possible qui ont eu lieu au sein de l’entreprise, et proposer des techniques très pragmatiques. Des outils et solutions « faciles » à activer, en somme.

  1. Co-créer le dispositif et recueillir les feedbacks

Réunion avec des bêta testeurs pour la création du parcours « Sexisme ordinaire » avec SNCF au Féminin

Chaque entreprise a sa propre culture, et on ne sensibilise pas au sexisme insidieux et feutré de bureau comme on lutte contre le sexisme au sein d’une usine par exemple. Quel que soit le dispositif, les visuels, les exemples, le ton doivent être adaptés à la culture d’entreprise et au type de sexisme auquel elle est confrontée. Le must ? Réunir des bêta testeurs très variés (âge, métiers, géographie…) et les faire réagir au dispositif en avant-première. Ainsi, une affiche, un discours ou un parcours d’e-learning aura une meilleure réception et donc une plus grande efficacité.

  1. Sensibiliser dans le temps

Initiative #StopE – 30 organisations s’engagent contre le sexisme

Les actions « coup de poing » pour le 8 mars, c’est bien. S’emparer de ce sujet chaque mois de l’année et pas uniquement en mars, c’est mieux. La lutte contre le sexisme est un combat au quotidien pour une entreprise.

Et tout dispositif de sensibilisation doit s’ancrer dans le temps long pour être efficace. La répétition, la pédagogie, l’exemple et le portage managérial, c’est comme cela qu’on fait évoluer une culture d’entreprise !

Fort de ces 5 feedbacks de la part de nos clients de grands groupes, Artips a développé la première formation pour lutter contre le sexisme en entreprise.

Notes :
  1. « Harcèlement et sexisme dans les médias : un phénomène d’ampleur », Le Monde, 7 mars 2019